Résilience
Citation_Kipling

Résilience

Résister, tenir, encaisser, faire face, ou toucher le fond puis revenir, traduisent une capacité à tenir bon malgré les épreuves ou les coups du destin sans perdre sa personnalité. La résilience, cette capacité de ne pas être abattu par des vents contraires, est une faculté psychologique qui repose avant tout sur le mental. Le mental, clé de notre résistance, nous donne la capacité à nous accrocher malgré les difficultés ou les revers. Bien qu’il soit intimement lié à notre caractère et à notre psychologie, le mental se travaille, s’entraine.

Plusieurs disciplines ou techniques permettent d’améliorer sa résilience. Ainsi la préparation mentale permet, à l’image de la préparation physique qui renforce la condition physique, de renforcer notre condition psychologique. La gestion du stress, avec ses différents outils tels que la cohérence cardiaque et son travail de respiration, permet de faire face à un évènement à forte charge psychologique. Dans ce cadre, les forces armées utilisent des techniques d’optimisation du potentiel (TOP) pour préserver leur aptitude au combat. La confiance en soi est également une clé pour obtenir un mental solide et être « gaillard sur ses appuis ». Enfin, et bien que ce ne soit pas à proprement parler une discipline mentale, la formation aux premiers secours est une formidable école pour développer sa résilience, en plus de parfaire son esprit citoyen.

Dans les situations à fort pouvoir stressant que nous connaissons aujourd’hui avec, par exemple, la survenue brutale d’attaques terroristes, les catastrophes naturelles ou technologiques, les incivilités qui touchent tout un chacun, ou le stress répété rencontré dans le cadre professionnel, voire même face à la maladie, il est indispensable d’avoir un mental entrainé et préparé, bref d’être résilient, d’avoir la volonté de se mobiliser ou de chercher de l’appui pour ne pas rester paralysé par le traumatisme subit.

Dans une situation non conventionnelle ou paroxysmique, l’organisme va produire une forte réaction de stress qui n’est autre qu’un phénomène d’adaptation ultra-rapide qui peut parfois éteindre notre lucidité. Si notre réaction immédiate est en grande partie conditionnée par notre physiologie, notre réaction ultérieure, une fois que l’événement stressant est « encaissé », fait appelle à la résilience et sera d’autant mieux appréhendé que le mental est préparé, durci. Ça ne rend pas les choses plus faciles pour autant mais cela peut éviter de s’effondrer ou permet d’atténuer la dureté de l’événement.

La résilience repose sur le mental, mais pas que. Une bonne force vitale permettra plus facilement de surmonter les difficultés en ayant d’avantage confiance dans ses capacités d’adaptation. L’autonomie est également un bon levier pour élever sa résilience. Si vous savez pouvoir compter sur vos compétences et votre débrouillardise, vous éviterez bien des surprises et vous augmenterez de facto votre confiance en vous.

Ainsi on peut définir la résilience comme le produit de la force vitale, de l’autonomie et du mental :

Résilience = Force vitale x Autonomie x Mental

Websites traitant de résilience :

site Internet dédié à la préparation des citoyens aux situations d’urgence quotidiennes, telles que l’accident de la vie courante (domicile, travail, loisirs…) ou exceptionnelles, telles que la catastrophe d’origine naturelle, industrielle, ou terroriste.

Laisser un commentaire

Fermer le menu